21 juin 2007

Traitement des eaux usées : des centaines de communes tardent à se mettre en conformité avec la norme européenne.

La France risque de payer cher son retard sur le traitement des eaux usagées.
La directive des eaux usées de 1991 impose une mise aux normes des communes. En 2005, grandes agglomérations et petites communes auraient du respecter les normes sur le traitement des eaux usées. Or des centaines de communes sont encore à la traîne ; réseaux d’eaux usées obsolètes, stations d’épurations aux capacités insuffisantes, voir absence de traitement des eaux pour certaines !

Des communes de la Côté d’Azur pointées du doigt pour leur laxisme en matière de traitement des eaux usées. Saint-Jean-Cap-Ferrat, Roquebrune-Cap-Martin, Èze ou encore Villefranche-sur-Mer rejettent sans aucun traitement préalable leurs eaux sales en méditerranée.

Une situation due au laxisme de l'État ainsi qu’à la désinvolture des élus. Ainsi de la pointe du cap Martin ou du cap Ferrat, les eaux usées et polluées sont déversé directement dans la mer à 500 mètres des côtes par 100 mètres de fond en pleine Méditerranée.

Cela fait sept années que ces communes sont hors la loi. Mais elles ne sont pas les seules; de Perpignan à Menton en remontant jusqu'à Dijon, 56 stations d'épuration ne sont pas aux normes européennes.

Un sacré gaspillage lorsqu’on connaît le montant de l’amande (jusqu’à 400 millions d’euros) que la France risque de payer pour son laxisme sur le sujet.

En savoir plus :
Lire les articles du FIGARO :

Aucun commentaire: