4 oct. 2007

Le temps de l’abondance est revolu. Nous sommes entrés dans le temps de la rareté.

Extrait de l’interview de Nicolas HULOT sur le sept dix de France Inter du 3/10/2007

"Maintenant sur la croissance. On est au cœur du problème. Puisqu’on était depuis des années et des lustres sur le culte de la croissance quantitative et comme le disait je ne sais plus qui « il faut être fou ou économiste pour penser qu’une croissance infinie est possible dans un monde fini ». Donc il va bien falloir passer par une croissance sélective et notamment opérer une décroissance du jetable, de l’éphémère et de tout ce qui est du gâchis.

On y sera obligé parce que les ressources sont limitées. Est-ce qu’on attend la fin du pétrôle pour opérer la décroissance dans notre consommation ?
Parce que croyez moi, quant il va y avoir des emballements de prix parce que le pétrole va devenir rare. C’est bien les revenus les plus démunis qui auront le plus de mal à y faire face.

Donc, cette croissance sélective, elle sera obligatoire par la force des choses.
Le temps de l’abondance est révolu. Nous sommes entrés dans le temps de la rareté. Et ça nous oblige à édicter des règles de modération. On peut le regretter . J’entends bien la personne qui nous écoute, qui est dans sa voiture, qui a déjà tous ses problèmes quotidiens, on vient lui charger la barque.

Mais on ne peut pas fuir la réalité telle qu’elle est. Pour une fois nous avons des indicateurs. On ne peut se prétendre être civilisé que si nous ne refusons pas de lire la réalité telle qu’elle s’annonce."

Le sept dix de France inter du 3/10/2007

Site de la Fondation Nicolas Hulot

Aucun commentaire: